Interview Est Républicain Isabelle

Une candidate en Lorraine Isabelle Lamour en campagne « On n’a pas attendu Londres pour travailler »

Nancy. Ne dites surtout pas qu’en tant que membre de son comité directeur, elle représente la Fédération. Elle est en campagne ! Dimanche, à l’occasion du circuit national vétérans de Thionville, Isabelle Lamour, ancienne internationale et épouse au civil de Jean-François, le double champion olympique et ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, est venue à la rencontre des dirigeants lorrains pour présenter son programme. Normal, puis­ qu’elle ambitionne de ravir la présidence fédérale à Frédéric Pietruszka.

Isabelle Lamour, qu’est­-ce qui vous a poussée à être candidate, alors que vous étiez il y a quatre ans derrière Philippe Boisse?

Il y a quatre ans, Philippe Boisse avait monté une équipe structurée et cohérente pour prendre la présidence de la Fédération. Mais on a raté notre objectif, parce qu’il avait volontairement décidé de partir un peu tard. Il savait que c’est un peu difficile de remettre en cause une politique après un premier mandat. Mais il est clair que depuis, les choses ne se sont pas arrangées à la Fédération.

C’est-­à-­dire…

Avant cette olympiade, je n’étais pas membre du comité directeur de la Fédération. Mais j’ai pu constater depuis qu’il y a un vrai problème de gouvernance. Tout est centralisé. Il n’y a pas de délégation. Nous voulons, pour notre part, casser les barrières entre les clubs, les ligues et la Fédération et introduire plus de proximité. Tout est trop cloisonné.

Ce qui se traduit sur le sportif ?

Oui. On a une filière du haut niveau qui a été très performante, mais qui n’est plus adaptée. Elle s’est coupée des clubs et a appauvri les réservoirs. Ce qui fait qu’on se prive de vrais talents. Mais il ne faut pas non plus repartir de zéro. On a des fondations solides.

Quel bilan tirez-­vous des Jeux de Londres ?

C’est un échec cuisant. Mais il faut rappeler que nous avions deux équipes non qualifiées et que, conséquence de l’alternance, l’épée masculine n’était pas au programme, alors que notre équipe est leader mondial. Donc c’était un petit handicap. Mais il y a eu un problème de préparation sur la fin. Quand on regarde bien, tous nos tireurs ont connu un trou dans leurs matches.Le problème est mental.

N’avez-vous pas peur d’être accusée de profiter de cet échec ?

J’ai une idée précise de mon équipe depuis janvier. Ça fait un an qu’on a commencé à avancer des idées et à contacter des clubs pour construire un projet. On n’a pas attendu Londres pour commencer à travailler.

Et que répondez-­vous à ceux qui vous soupçonnent d’œuvrer en sous-main pour votre époux, Jean-François ?  

Poseriez-­vous la question à un homme qui aurait une femme avec une carrière comparable à celle de mon mari ?

Oui, évidemment !

Eh bien, j’ai un mari qui est très investi dans la Fédération de golf. Mais j’ai moi­ même été en équipe de France d’escrime pendant dix ans. J’ai participé deux fois aux Jeux olympiques. J’ai été élue au comité d’Ile-de-France. Je fais de l’escrime depuis que j’ai six ans. J’en ai 47. J’ai dix ans de mandats derrière moi. Mon engagement ne date pas d’hier.

Publicités

A propos ffe2012

dirigeant escrime passion
Cet article a été publié dans Présences sur le terrain. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s